Si l'incontinence urinaire est commune, elle n'en est pas pour autant normale. Il existe de nombreuses méthodes et outils pour vous aider à éviter les fuites urinaires à tout moment de la vie. Lisez ci-dessous pour découvrir 9 méthodes qui se sont avérées sûres et efficaces pour réduire, voire stopper, l'incontinence urinaires à l'effort :

  • Exercices du périnée (aussi appelés exercices de Kegel) : renforcez vos muscles pelviens avec des exercices du périnée classiques en autonomie.
  • Kinésithérapie : suivez une rééducation du plancher pelvien avec un spécialiste.
  • Perte de poids : réduisez votre poids pour diminuer la pression sur votre plancher pelvien.
  • Calendrier mictionnel : établissez des rappels pour vous rapeler d'aller aux toilettes plus souvent.
  • Stimulation électrique et outils de biofeedback : renforcez efficacement votre plancher pelvien avec ces appareils.
  • Cônes vaginaux et balles tonifiantes : renforcez votre périnée avec ces dispositifs.
  • Pessaires : insérez ces dispositifs pour mettre fin à l'incontinence d'effort.
  • Régime alimentaire : évitez les irritants de la vessie, la déshydratation et essayez les suppléments de vitamine D.
  • Applications : Utilisez des applications pour faire travailler votre périnée et suivre votre progression.

La combinaison de plusieurs de ces méthodes sera plus efficace qu'une seule d'entre elles. Nous allons passer en revue chacune d'entre elles ci-dessous pour vous aider à déterminer la combinaison qui vous convient le mieux.

Que devez-vous savoir sur l'incontinence à l'effort ?

L'incontinence urinaire (IU), ou fuite involontaire d'urine, peut avoir un impact très important sur la vie quotidienne d'une personne. Une étude a montré que 25 à 45 % des femmes souffrent d'incontinence urinaire (1). Il existe différents types d'incontinence, notamment l'incontinence urinaire à l'effort, l'incontinence par urgenterie, l'incontinence urinaire fonctionnelle et l'incontinence urinaire par regorgement. Le type le plus courant, dont nous allons parler ici, est l'incontinence d'effort. Il s'agit d'une fuite d'urine lors d'un effort ou d'une "poussée". Ce type de fuites peuvent se produire en toussant, en éternuant, en soulevant un objet, en riant ou en bougeant brusquement. Essentiellement, la pression dans l'abdomen augmente pendant ces activités, ce qui entraîne une fuite involontaire d'urine.

Pour savoir comment résoudre ce problème, nous devons comprendre les causes potentielles de l'incontinence à l'effort. Un indice de masse corporelle (IMC) élevé, le diabète, des antécédents de chirurgie pelvienne ou le tabagisme peuvent augmenter le risque d'incontinence (2). Cependant, le facteur de risque le plus courant de ces fuites est la grossesse et l'accouchement. L'accouchement a souvent des effets traumatisants sur la musculature du plancher pelvien. Ces muscles sont responsables de la fonction sexuelle ainsi que du contrôle de la vessie et des intestins. Après un accouchement, les muscles peuvent être physiquement déchirés et endommagés. Plus important encore, la personne peut perdre temporairement le contrôle volontaire partiel ou total des muscles, ce qui provoque les fuites.

Que peut-on donc faire pour remédier à l'incontinence ? Il existe plusieurs méthodes différentes qui se sont avérées efficaces pour réduire et éventuellement résoudre l'incontinence. Les cas extrêmes d'incontinence urinaire peuvent nécessiter des interventions chirurgicales ou pharmaceutiques. Comme ces interventions sont associées à des risques tels que des complications chirurgicales, des infections et des effets secondaires négatifs, il est important que le patient et le médecin ne les considèrent qu'en dernier recours dans la gestion de l'IU. Plusieurs méthodes plus naturelles existent et se sont avérées sûres et efficaces.

Exercices du périnée (exercices de Kegels)

Les exercices de renforcement du périnée (aussi appelés exercices de Kegel) sont l'une des interventions les plus courantes et les plus faciles pour soigner les fuites. Cependant, il s'agit d'un exercice qui peut être difficile à expliquer et à réaliser. Une façon de penser à cet exercice est d'imaginer que vous urinez et que vous vous contractez afin d'arrêter l'écoulement de l'urine. Maintenez cette contraction pendant environ cinq secondes, puis relâchez et répétez. L'avantage de cet exercice est qu'il peut être effectué facilement et discrètement tout au long de la journée.

L'accompagnement par un kinésithérapeute

Puisque l'IU à l'effort se produit lorsqu'une personne "pousse" et augmente la pression dans le torse, l'amélioration de la force et du contrôle des muscles du torse peut diminuer les symptômes de l'incontinence urinaire (3). Plus précisément, des exercices axés sur le diaphragme, le bas du dos et les abdominaux augmenteront la stabilité globale du torse, de sorte que les activités d'appui seront moins susceptibles de provoquer une fuite. Il peut être utile de consulter un kinésithérapeute pour une évaluation complète et une assistance pour ces exercices afin de s'assurer qu'ils sont effectués correctement et en toute sécurité.

Perte de poids

Il a été constaté que le fait d'avoir un indice de masse corporelle et un tour de taille élevés augmente le risque d'incontinence urinaire (4). En gros, avoir plus de poids autour du ventre augmente la pression dans l'abdomen, ce qui accroît le risque de fuites. Non seulement la perte de poids est une stratégie efficace pour réduire l'incontinence, mais elle présente de nombreux avantages pour la santé générale.

Calendrier mictionnel

Certaines personnes souffrant d'incontinence trouvent utile d'établir un programme de miction (le fait d'aller aux toilettes pour vider sa vessie) pour s'assurer que l'urine est éliminée régulièrement. Par exemple, on peut utiliser une minuterie de deux heures pour se rappeler d'aller aux toilettes tout au long de la journée. La durée idéale varie en fonction du niveau d'activité de la personne et de sa consommation d'aliments et de boissons.

Outils de stimulation électrique et de biofeedback

Bien que ces outils puissent être achetés et utilisés à titre privé, certains d'entre eux peuvent être éprouvants à utiliser sans conseils. Les kinésithérapeutes et autres professionnels de la santé peuvent également administrer ces traitements.

L'électrostimulation consiste à stimuler les muscles du plancher pelvien au moyen d'électrodes placées sur la peau, ce qui entraîne une contraction des muscles. Elle est destinée aux personnes qui ont des difficultés à contracter ces muscles volontairement. Avec le temps, cette méthode vise à augmenter la force et la capacité de ces muscles à se contracter volontairement.

Le biofeedback est un outil qui mesure la quantité d'activité électrique des muscles du plancher pelvien. En utilisant un appareil de biofeedack, comme Perifit, la personne est en mesure de voir la force de ses contractions. Cette méthode de visualisation augmente le contrôle volontaire du plancher pelvien en guidant la personne à contracter les bons muscles et à augmenter la force de contraction avec la pratique.

Cônes vaginaux et balles toniques

Les cônes vaginaux sont de petits outils lestés conçus pour réentraîner la musculature du plancher pelvien. Au début, un cône de faible poids est inséré dans le vagin et la personne se contracte pour maintenir le poids en place. Progressivement, le poids du cône est augmenté pour s'adapter à la force et au contrôle croissants du plancher pelvien. Les outils sont facilement accessibles et faciles à utiliser.

Les ballons de tonification sont des produits généralement fabriqués en métal recouvert d'un revêtement en caoutchouc. Ces produits, comme la balle Ben Wa, proposent d'améliorer l'efficacité de l'exercice de Kegel en fournissant un indice sensoriel à la paroi vaginale ou une résistance à la musculature vaginale.

Pessaires

Les pessaires sont des outils qui sont insérés dans le vagin afin d'apporter un soutien aux structures internes. Dans le cas de l'incontinence urinaire, les pessaires sont généralement insérés de manière à exercer une pression sur l'urètre. Lorsque le dispositif est en place, l'urine ne doit pas fuir, même lorsque la personne s'appuie. En fonction de la gravité et de la fréquence de l'incontinence urinaire, ces dispositifs peuvent être maintenus en place uniquement pendant les activités intenses ou tout au long de la journée, selon les besoins.

Régime alimentaire

  • Irritants pour la vessie : Il existe plusieurs aliments et boissons connus qui sont considérés comme des irritants de la vessie. Il s'agit de la caféine, de l'alcool, du lait, du chocolat, du sucre et de plusieurs agrumes, entre autres. Il est important de limiter la consommation de ces produits chez les personnes souffrant d'incontinence afin de diminuer l'envie d'uriner.
  • La déshydratation : La déshydratation peut également augmenter l'envie d'uriner puisque l'urine devient plus puissante lorsque le corps manque d'eau.
  • Suppléments : Il a été démontré que la supplémentation en vitamine D réduit l'atrophie vaginale chez les femmes ménopausées (5) et diminue le risque de troubles du plancher pelvien (6).

Apps

Bienvenue à l'ère du numérique ! Il existe plusieurs applications qui peuvent aider à la gestion des fuites urinaires.

  • Applications d'exercices : utilisez Tät ou Kegel Trainer pour faire des exercices du plancher pelvien.
  • Applications de journal des fuites : Uro Bladder Diary et BladderPal vous aident à suivre vos mictions et l'incidence de l'IU.
  • Perifit : Pour une approche plus complète, le système Perifit est une combinaison d'un capteur interne et d'une application pour smartphone qui vous permet d'évaluer la force de votre plancher pelvien, de jouer à des jeux d'exercices et de suivre vos progrès dans le temps.

L'incontinence urinaire est un problème majeur qui touche une proportion importante de la population. Heureusement, la grande variété d'interventions thérapeutiques disponibles permet aux personnes souffrant d'IU et à leurs médecins de choisir une méthode pour réduire les symptômes de l'IU ou éliminer complètement le problème. Utilisez ces méthodes pour que l'IU appartienne au passé et que vous puissiez recommencer à vivre votre vie !

Pour en savoir plus :

Références :

  1. Buckley BS, Lapitan MCM. Prevalence of Urinary Incontinence in Men, Women, and Children—Current Evidence: Findings of the Fourth International Consultation on Incontinence. Urology. 2010;76(2):265-270. doi:10.1016/j.urology.2009.11.078.
  2. Kaphingst KA, Persky S, Lachance C. Risk Factors for Urinary Incontinence among Middle-aged Women. Am J Obs Gynecol. 2006;194(2):339-345. doi:10.1080/10810730902873927.Testing.
  3. Olza J, Gil-Campos M, Leis R, Bueno G, Aguilera CM, Valle M, Cañete R TR, Moreno LA G a. Pelvic floor muscle exercises utilizing trunk stabilization for treating postpartum urinary incontinence: randomized controlled pilot trial of supervised versus unsupervised training. 2011:132-141. doi:10.4254/wjh.v5.i4.196.
  4. Townsend MK, Danforth KN, Rosner B, Curhan GC, Resnick NM, Grodstein F. Body Mass Index, Weight Gain, and Incident Urinary Incontinence in Middle-Aged Women. Obstet Gynecol. 2007;110(2, Part 1):346-353. doi:10.1097/01.AOG.0000270121.15510.57.
  5. Yildirim B, Kaleli B, Düzcan E, Topuz O. The effects of postmenopausal Vitamin D treatment on vaginal atrophy. Maturitas. 2004;49(4):334-337. doi:10.1016/j.maturitas.2004.02.008.
  6. Chang, W S, Lee, YJ, Lu F. Role of Vitamin D in urogenital health of geriatric participants. 2017:28-35. doi:16167509.